samedi 21 février 2009

21 février 2009, 13h45, Paris, France



Faut-il se frotter aux mythes qui nous fascinent ? Ce matin je vais voir l'énorme vitrine de Christies au Grand Palais pour la vente YSL et Pierre Bergé. 4 heures d'attente dans le froid, avancée qui piétine à l'intérieur. C'est en même temps l'horreur et le merveilleux. Les conditions sont terribles et pourtant ce que l'on peut apercevoir est somptueux. Les photos sont interdites et tant mieux car les objets ne sont ni dans leur cadre devenu naturel, chez YSL, ni dans la disposition rigoureuse conçue par le couturier. On comprend bien quand on voit quelques photographies de l'appartement in situ, que les tentatives de reconstitution du Grand Palais ne tiennent pas la route. Dans l'absolu, la collection est déjà démembrée, séparée, dissoute même s'il flotte au fil des pièces quelque chose de très contigu : cette volonté persistante et inépuisable du collectioneur de vouloir rassembler, d'accumuler des représentations du corps masculin comme un souvenir de perfection.

1 commentaire:

caroline a dit…

Quel courage d'avoir attendu 4 heures dans le froid ! Mais je te comprends et je t'envie même un peu d'avoir entre-aperçu les restes accumulés de 2 vies hors du commun...

Membres